DE LA DISPUTE DANS LECOUPLE – Et si on se réconciliait avec les disputes ?

Beaucoup de couples arrivent en consultation pour le motif de disputes, souvent vécues au début sans gravité, puis plus fréquentes, voir plus violentes jusqu’à amener le couple dans une situation de mal être qui le met en danger .
Dans mon cabinet de Conseillère Conjugale , j’entends souvent « quand on est en couple, si on s’aime on ne doit pas se disputer » .

La croyance que le bonheur conjugal est synonyme d’absence de conflit est encore très forte,

d’autant plus si le souvenir des disputes de nos propres parents a marqué notre enfance . Ce qui amène souvent à espérer que notre couple ne sera pas comme le leur . La représentation du couple qui fonctionne peut alors être celle d’un couple sans désaccord, sans différence de point de vue . Un couple ou chacun lisse sa personnalité à l’image de l’autre, passe sous silence ses insatisfactions sous prétexte de ne pas faire de vague, de ne pas décevoir l’autre ou tout simplement pour faire plaisir à l’autre. Le grand risque est d’accumuler les non-dits, les frustrations, les sensations de ne pas être compris(e), de ne pas être entendu(e) . Cette manière d’agir ne peut que provoquer des rancœurs . Alors que rien ne se règle tout seul, il est important d’avoir à l’esprit que le silence ne règle rien .

« Ce n’est pas l’amour, aussi merveilleux soit-il, qui permet à deux êtres qui s’aiment de rester ensemble dans la durée d’une vie. C’est la qualité de la communication, la richesse des échanges, et la vitalité des partages qui nourriront leur relation et la maintiendront vivant . » – Jacques Salomé –
S’oublier par amour au-delà de la période de la « lune de miel » n’est pas viable . Un couple qui ne confronte pas ses idées est un couple qui meurt .

La dispute est donc nécessaire à la survie du couple, mais pourquoi se dispute-t- il ?

Bon nombre de conflits sont provoqués par des problèmes qui peuvent être résolus

si chacun accepte d’entendre l’autre et de tenter d’y répondre sans passer par des cases comme « interprétation négative » ou « je ne peux pas comprendre que l’autre ait des besoins différents » ou encore « je n’accepte pas que l’autre ne fasse pas comme je le veux » . Cela demande évidemment que chacun fasse des efforts sur soi , mette son égo de côté parfois, accepte la différence de l’autre (qui d’ailleurs a souvent influencé notre choix amoureux) .

Mais rien n’est aussi simple car il existe aussi des problèmes insolubles

sur lesquels vous ne pourrez jamais être d’accord avec votre partenaire car ils font référence à ce qui vous a été transmis pendant toute votre vie. Y.DALLAIRE  en dénombre 6 : éducation des enfants, relations avec la belle famille, gestion financière du budget familial, répartitions des tâches ménagères, équilibre entre vie professionnelle et privée, vie sexuelle .

Chacun des partenaires réagit dans chacun de ces domaines en fonction de sa propre expérience de vie, de son éducation, des modèles familiaux et environnementaux, culturels, sociaux et religieux . Accepter l’option que le couple ne trouvera pas de solution au désaccord est une bonne base pour discuter sur ce qui est acceptable pour chacun .

Enfin il y a les problèmes qui relèvent de blessures profondes personnelles

Ces blessures sont sans lien direct avec le couple . Souvent inconscientes, elles peuvent se traduire entre autre par un manque de confiance en soi et/ou dans la relation à l’autre et finalement il y a fort à parier que le couple risque de servir d’exutoire . Dans ce cas, la seule façon de s’en sortir est d’effectuer un travail personnel . Votre partenaire, tout aimant soit-il ne peut en aucun cas vous guérir de vos blessures .

L’évolution de la dispute

Elle dépend de notre capacité à gérer les conflits . Confronter ses idées, c’est vivre, c’est exister en tant que soi, unique, c’est prouver sa différence . Ce n’est pas forcément les disputes qui nuisent au couple . C’est la manière dont elles se passent, évoluent et comment chacun des deux partenaires s’y retrouve … ou pas .
Cependant, chacun des partenaire n’est pas égal à l’autre dans sa capacité à résoudre les conflits parce que chacun en a une représentation très personnelle, différente et les émotions qui s’y jouent peuvent s’exprimer de manière incompréhensible pour l’autre et quelque fois pour soi-même . Pour ajouter à la difficulté, « Les hommes et les femmes, qu’on le veuille ou non , ne possèdent pas les mêmes sensibilités et les mêmes ressources » (Y.DALLAIRE) et donc réagissent différemment à la même situation .

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter l’ article suivant:

Alors comment faire ? Et si au lieu d’éviter les disputes on se disputait en toute intelligence ?

 

Laisser un commentaire