Daily Archives

2 Articles

Les familles recomposées

Les familles recomposées

Posted by Monique Deletang on

Famille recomposée : de la rencontre amoureuse à la vie de famille

Quand l’amour nous met en relation avec une personne qui a déjà des enfants, l’histoire du couple devient d’emblée une histoire de famille .

Toute la difficulté dans un premier temps est de vivre les instants privilégiés de la rencontre amoureuse, ceux qui permettent de s’apprivoiser, de se découvrir, temps nécessaire pour créer le couple conjugal avant de passer au couple parental .

Il ne faut pas se leurrer, recomposer une famille n’est souvent pas sans difficultés . Prendre le temps de construire un couple centré sur sa propre relation semble primordial pour être unis ensuite face aux situations parentales d’autant moins évidentes si le nouveau conjoint n’a pas d’enfant . Avant d’être projeté adulte, « éducateur » d’enfants qui ne sont pas les siens, avant de présenter un nouveau conjoint à ses enfants, il semble nécessaire de se donner le temps de « faire couple » pour se présenter comme tel aux enfants .

Les familles recomposées se sont pas vierges d’histoire . Elles sont fragiles : elles ont déjà un vécu, une souffrance sur lesquels il semble indispensable de mettre des mots, de la distance que ce soit pour les parents ou pour les enfants . Chaque moment clé de la vie quotidienne (repas, trajets pour aller à l’école, devoirs du soir, loisirs, vacances…) est chargé d’une histoire qui a pris fin souvent douloureusement . Il importe que chacun puisse prendre le temps de digérer, le temps de se reconstruire et d’envisager d’autres relations parallèles à celles qu’ils vivent .

Ce temps est nécessaire à la famille tout autant qu’au nouveau conjoint, qu’au « beau parent » qui arrive . C’est la condition indispensable pour se faire accepter par les enfants et faire sa place . Se précipiter risquerait de provoquer chez les enfants un phénomène de rejet par peur de voir leur parent trop vite remplacé .

Les familles recomposées

Comment prendre sa place de beau-parent ?

Posted by Monique Deletang on

Tout est question de patience pour prendre sa place de beau-parent ? 

« Apprivoiser …c’est une chose trop oubliée… ça signifie -créer des liens- »Le Petit Prince . Antoine de Saint Exupéry

Il est fréquent que les beaux enfants soient hostiles au nouveau conjoint et à fortiori à une installation trop rapide . Ils ont besoin de jauger, de comprendre la place que le beau-parent souhaite prendre, de réaliser qu’il est un adulte « en plus » qui pourra le soutenir en fonction de ses besoins, de ses demandes sans pour autant remplacer le parent absent .

Organiser des moments ensemble en dehors du domicile familial dans un premier temps, peut être une bonne transition . Quand les enfants y sont « prêts », la cohabitation permet au beau-parent d’instaurer une relation plus profonde . Prendre part aux activités de la vie quotidienne qui touchent particulièrement les enfants (loisirs, aide aux devoirs, activités préférées de chacun) favorise un autre regard dans la relation à l’autre . C’est aussi par ce biais que les enfants oseront exprimer à leur rythme leurs besoins, leurs attentes auprès du beau parent .

Le beau parent c’est comme un autre membre de la famille, un adulte qui doit se faire respecter dans sa relation à l’enfant . Vouloir devenir un copain pour mieux prendre sa place serait une erreur . Comme tout parent, il a un rôle éducatif, un devoir de protection et d’autorité qui en découlent . Ce rôle et ces devoirs doivent être définis avec sa ou son partenaire . Son soutien est indispensable pour faire accepter la place de son compagnon aux yeux des enfants .

Même si les enfants n’ont pas à entrer dans la vie privée de leurs parents, ils sont concernés par les modifications de la vie familiale . Il n’est pas aisé pour un adulte de prendre place dans une famille qui n’est pas la sienne . Introduire un nouvel adulte dans la vie de ses enfants peut laisser place à beaucoup de doutes, d’inquiétudes . Que l’on se place du côté des enfants, du parent ou du beau-parent, une des clés de la réussite est le dialogue, l’écoute : laisser la place aux émotions de chacun, aux craintes pour mieux y répondre .

Le dialogue n’est pas toujours aisé et instinctif . Si besoin, pour s’exprimer en terrain neutre, pour prendre du recul, pour dédramatiser, le Conseil Conjugal et Familial vous offre un espace de paroles, individuel, en couple ou en famille .